Les séries surjectives 2017

La surjectivité (=ni objectivité, ni subjectivité) est revendiquée comme entrant dans un expressionisme au discours intime. La présence d’un texte montre une facette littéraire de la photographie, ajoutant une strate à la narration.

Le style est marqué par l’utilisation de grands formats (120X90), des images minimalistes aux couleurs éclatantes, des jeux de lignes et des formes. Les sujets sont présentés sous forme de séries, des images en duo avec un texte d’une vingtaine de lignes. Les clichés représentent des objets photographiés en gros plan sur un écrin de ciel, objets qui perdent toute signification objective, totalement détournés de leurs fonctions premières.

L’image et le texte s’entrelacent alors et s’illustrent mutuellement, l’image ayant été le germe de l’idée présentée.

Le visiteur est appelé à faire usage des deux lectures : celle du texte, celle de l’image et de les gouter ensemble comme si l’une était le miroir de l’autre, comme si l’écrit plus l’image étaient le texte et la musique d’une « chanson photographique »

Les « Séries surjectives » représentent le troisième opus de cette démarche artistique, après les deux autres expositions « Impressions symboliques » et « Une Autre réalité »

  • Facebook Grunge
  • Twitter Grunge
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now